point-sur-lapprentissage

Quels constats pour l'apprentissage dans le Bâtiment en 2017/2018 ?

Le point avec Eymard de CRECY, secrétaire général de BTP CFA PAYS DE LA LOIRE

BTP CFA des Pays de la Loire propose plus de 50 diplômes et certifications dans les métiers du Bâtiment. Les sections de formation accueillent environ 70 % des apprentis du BTP des Pays de la Loire et sont réparties sur 5 sites en Pays de la Loire : Saint-Herblain, Saint-Brévin-les-Pins, Angers, Le Mans et La Roche-sur-Yon.

Quels sont les chiffres de l’apprentissage dans le Bâtiment à la rentrée 2017 ?

La situation s’améliore ! 38 342 apprentis inscrits au 1er novembre 2017, soit 0,7 % de plus que l’année dernière à la même date. Si l’on s’intéresse aux nouveaux entrants en première année de CAP, en début de cycle, l’évolution est bien plus favorable : + 8 % sur une année. Un point noir : près de 4 000 entreprises n’ont pas trouvé de jeune !

Et en Pays de la Loire, quelle est la situation ?

Dans notre région, la situation est encore plus satisfaisante. Avec plus de 4 000 apprentis au 1er novembre, notre association a vu ses effectifs croître de plus de 8 % d’une année sur l’autre, et pour les « flux d’entrée », le recrutement en CAP, nous sommes en moyenne dans nos 4 CFA en hausse de 27 % sur un an, certains CFA pouvant aller jusqu’à 39 % d’augmentation ; hélas, 700 entreprises n’ont pas trouvé d’apprenti !
Cette situation favorable dans notre région n’est pas le fruit du hasard : saluons le plan de relance de l’apprentissage du Conseil Régional et les efforts de la branche professionnelle. De notre côté, les équipes des CFA sont mobilisées pour répondre aux besoins des entreprises, améliorer en permanence l’offre de formations et de services, multiplier les rencontres avec les jeunes et les familles pour « connecter jeunes et entreprises ». Dans notre région, c’est clair, l’union de tous les acteurs est une force évidente.

Quelles sont les priorités en 2018 ?

J'en citerai trois : tout d'abord, répondre en temps réel aux besoins des entreprises et offrir des formations adaptées aux besoins récents exprimés par les entreprises, comme l’encadrement de chantiers. Ensuite, il est essentiel de renforcer encore les liens quotidiens entre les entreprises et nos CFA pour répondre encore mieux à notre vocation d’outil de référence de la profession. Enfin il convient de "tordre le cou" à ces mécanismes d’orientation qui ignorent la réalité : les entreprises du Bâtiment proposent d’apprendre nos métiers et de les exercer au cœur de chaque territoire : les artisans et les entreprises offrent une vie d’équipe , une vraie solidarité humaine et professionnelle, une possibilité d’évolution professionnelle sans limite puisque de nombreux chefs d’entreprise sont passés par cette méthode de formation idéale pour apprendre un métier : l’apprentissage donne à tous les jeunes ligériens la possibilité du choix d’un vrai métier : plus de 6 000 embauches sont proposées chaque année par les artisans et les entreprises de notre région et la voie normale mais aussi royale d’accès à nos métiers, c’est l’apprentissage !

 

Quels enjeux pour l'apprentissage dans les Travaux Publics en 2017/2018 ?

Le point avec Cédric DZIUBANOWSKI, Inspecteur d'Académie, Inspecteur Pédagogique Régional Sciences et Techniques Industrielles au Rectorat des Pays de la Loire

En Pays de la Loire, quelle est la situation de l’apprentissage pour les métiers des Travaux publics en cette fin d’année 2017 ?

La dynamique rencontrée dans le recrutement dans le bâtiment n’est pas encore sensible pour les Travaux Publics. 211 élèves sont inscrits dans les formations sous statut scolaire, du CAP Constructeurs de routes ou canalisateurs au BTS Travaux Publics, soit une hausse de 12 % par rapport à l’année dernière. En revanche pour les formations par alternance (apprentissage et formation d’adultes continue en contrat de professionnalisation), les effectifs totaux sont cette rentrée de 487 apprenants, soit une baisse de 9% par rapport à l’année dernière. Au total, la rentrée 2018 enregistre une baisse de 3% des effectifs totaux en formation TP dans notre région.

Quelles sont les priorités en 2018 ?

La première priorité  concerne la mise en place du futur Campus des Métiers et des Qualifications pour les Constructions d’Avenir en région Pays de la Loire, si le dossier présenté par les acteurs impliqués retient l’attention de la commission nationale de labélisation. Ce dispositif devrait permettre de recruter un(e) directeur (trice) opérationnel, qui sera affecté à temps complet à la valorisation des métiers du BTP et des formations qui y mènent, pour la région Pays de la Loire. Nous attendons une réponse de l’état dans les premiers mois de l’année 2018, pour un début de mise en place avant l’été. Compte-tenu de la difficulté qu’ont les entreprises à recruter dans de nombreux secteurs et du taux de chômage des jeunes notamment, Il est urgent de renforcer les actions existantes pour présenter les besoins en recrutement des entreprises, notamment pour le secteur de la construction.

La deuxième priorité porte sur la mise en place de la réforme de la formation professionnelle, actuellement en préparation par les acteurs économiques et l’Etat. Cette évolution devrait modifier le contexte de déroulement de nos formations à tout niveau et dans toutes les spécialités. Il est encore trop tôt pour présager des mutations attendues, mais nul doute que l’apprentissage et les formations par alternance, ou mixées, devraient être facilitées, voire renforcées.

Enfin, la troisième priorité se situe au niveau de la formation de nos formateurs et apprenants aux nouvelles connaissances et savoir-faire qui modifient les pratiques des entreprises, notamment dans les travaux publics, avec la transition numérique rapide. Nous découvrons les évolutions en avançant, tout en nous efforçant d’anticiper les futures compétences attendues, qui ne doivent pas remplacer les compétences « cœur de métier » à préserver ou conforter.